Pourquoi soutenir le télétravail en France

Accueil > Le télétravail > Plaidoyer > Pourquoi soutenir le télétravail en France
Pourquoi soutenir le télétravail en France
Depuis une vingtaine d’années, le télétravail représente une opportunité méconnue par la plupart des acteurs concernés. Le retard de la France sur ce sujet pourrait être résorbé pourvu que les avantages d’un tel mode d’organisation soient mieux connus.

Les avantages et bénéfices du télétravail pour les entreprises, les salariés et les territoires

Les analyses qualitatives et quantitatives réalisées dans le cadre des travaux de modélisation des gains du télétravail ont permis d’aboutir aux conclusions suivantes :

Les bénéfices du télétravail pour les employeurs :

  • d’un accroissement de la production, en raison d’une élévation de la productivité et de l’affectation d’une partie des gains de temps de transport au bénéfice des tâches professionnelles ;
  • d’économies réalisées sur les locaux et les dépenses courantes ;
  • d’une réduction de l’absentéisme et du micro-absentéisme ;
  • d’amélioration en termes de qualité de vie et de diminution des « impacts carbone » relatifs à la mobilité domicile-travail.

Les avantages du télétravail pour les individus :

  • trouver un meilleur équilibre entre vies professionnelle et familiale (par exemple déjeuner en famille ou réinvestir le temps gagné dans les transports dans d’autres activités) ;
  • réaliser des économies de carburant ou de garde d’enfant (on parle de « 13e mois du télétravail ») ;
  • gagner en sérénité dans le travail en évitant les temps et le stress des transports.

Les territoires et les collectivités qui en ont la responsabilité peuvent :

  • réaliser d’importantes réductions de leur empreinte carbone ;
  • réduire les difficultés de circulation aux heures de pointe ;
  • fixer des actifs qui participent davantage, notamment par leurs dépenses quotidiennes et par leur implication dans des réseaux locaux, au dynamisme de leur territoire (quartiers, espaces péri-urbains ou communes rurales).

Focus : Métropole de Lyon, le télétravail facteur de diminution de la congestion urbaine

La Métropole de Lyon dépasse la limite de pollution atmosphérique acceptable soixante jours par an en moyenne. Parallèlement à ce constat, 58 % des postes des actifs de la région sont identifiés comme télétravaillables et une multitude d’espaces de coworking et de tiers-lieux existe sur le territoire métropolitain lyonnais. Une charte sur le coworking a été lancée à l’initiative de la métropole

. La part des navetteurs quotidiens dans les flux entrant dans l’agglomération lyonnaise atteint 42 %. Cela représente 40 000 actifs répartis entre les quatre pôles de l’agglomération (Lyon, Saint-Étienne, Bourgoin-Jallieu et Vienne). En 2020, si 70 % des navetteurs choisissent le télétravail le vendredi, on observera une baisse de 17 000 voitures individuelles aux heures de pointe à la veille du week-end. Le trafic pourrait significativement se décongestionner.

Pour en savoir plus sur les gains du télétravail :